white house 2.0 ... (suite)







Un très intéressant article du New-York Times sur l'utilisation des réseaux sociaux par le candidat Obama.

How Obama Tapped Into Social Networks’ Power

By DAVID CARR
In February 2007, a friend called Marc Andreessen, a founder of Netscape and a board member of Facebook, and asked if he wanted to meet with a man with an idea that sounded preposterous on its face.
Always game for something new, Mr. Andreessen headed to the San Francisco airport late one night to hear the guy out. A junior member of a large and powerful organization with a thin, but impressive, résumé, he was about to take on far more powerful forces in a battle for leadership.
He wondered if social networking, with its tremendous communication capabilities and aggressive database development, might help him beat the overwhelming odds facing him.
“It was like a guy in a garage who was thinking of taking on the biggest names in the business,” Mr. Andreessen recalled. “What he was doing shouldn’t have been possible, but we see a lot of that out here and then something clicks. He was clearly supersmart and very entrepreneurial, a person who saw the world and the status quo as malleable.”
And as it turned out, President-elect Barack Obama was right.
Like a lot of Web innovators, the Obama campaign did not invent anything completely new. Instead, by bolting together social networking applications under the banner of a movement, they created an unforeseen force to raise money, organize locally, fight smear campaigns and get out the vote that helped them topple the Clinton machine and then John McCain and the Republicans.
As a result, when he arrives at 1600 Pennsylvania, Mr. Obama will have not just a political base, but a database, millions of names of supporters who can be engaged almost instantly. And there’s every reason to believe that he will use the network not just to campaign, but to govern. His e-mail message to supporters on Tuesday night included the line, “We have a lot of work to do to get our country back on track, and I’ll be in touch soon about what comes next.” The incoming administration is already open for business on the Web at Change.gov, a digital gateway for the transition.
The Bush campaign arrived at the White House with a conviction that it would continue a conservative revolution with the help of Karl Rove’s voter lists, phone banks and direct mail. But those tools were crude and expensive compared with what the Obama camp is bringing to the Oval Office.
“I think it is very significant that he was the first post-boomer candidate for president,” Mr. Andreessen said. “Other politicians I have met with are always impressed by the Web and surprised by what it could do, but their interest sort of ended in how much money you could raise. He was the first politician I dealt with who understood that the technology was a given and that it could be used in new ways.”
The juxtaposition of a networked, open-source campaign and a historically imperial office will have profound implications and raise significant questions. Special-interest groups and lobbyists will now contend with an environment of transparency and a president who owes them nothing. The news media will now contend with an administration that can take its case directly to its base without even booking time on the networks.
More profoundly, while many people think that President-elect Obama is a gift to the Democratic Party, he could actually hasten its demise. Political parties supply brand, ground troops, money and relationships, all things that Mr. Obama already owns.
And his relationships are not the just traditional ties of Democrats — teachers’ unions, party faithful and Hollywood moneybags — but a network of supporters who used a distributed model of phone banking to organize and get out the vote, helped raise a record-breaking $600 million, and created all manner of media clips that were viewed millions of times. It was an online movement that begot offline behavior, including producing youth voter turnout that may have supplied the margin of victory.
“Thomas Jefferson used newspapers to win the presidency, F.D.R. used radio to change the way he governed, J.F.K. was the first president to understand television, and Howard Dean saw the value of the Web for raising money,” said Ranjit Mathoda, a lawyer and money manager who blogs at Mathoda.com. “But Senator Barack Obama understood that you could use the Web to lower the cost of building a political brand, create a sense of connection and engagement, and dispense with the command and control method of governing to allow people to self-organize to do the work.”
All of the Obama supporters who traded their personal information for a ticket to a rally or an e-mail alert about the vice presidential choice, or opted in on Facebook or MyBarackObama can now be mass e-mailed at a cost of close to zero. And instead of the constant polling that has been a motor of presidential governance, an Obama White House can use the Web to measure voter attitudes.
“When you think about it, a campaign is a start-up business,” Mr. Mathoda said. “Other than his speech in 2004 at the convention and his two books, Mr. Obama had very little in terms of brand to begin with, and he was up against Senator Clinton, who had all the traditional sources of power, and then Senator McCain. But he had the right people and the right idea to take them on. When you think about it, it was like he was going up against Google and Yahoo. And he won.”
There is tremendous power in opening citizen access to government — think of how much good will and support Mayor Michael Bloomberg garnered by coming up with 311, a one-stop phone number for New Yorkers who had a problem.
But now Senator Obama’s 20-month conversation with the electorate enters a new phase. There is sense of ownership, a kind of possessive entitlement, on the part of the people who worked to elect him. The shorthand for his organizing Web site, “MyBO,” says it all.
“People will continue to expect a conversation, a two-way relationship that is a give and take,” said Thomas Gensemer, managing partner of Blue State Digital, which helped conceive and put into effect Obama’s digital outreach. “People who were part of the campaign will opt in to political or governing tracks and those relationships will continue in some form.”
The founders of America wanted a government that reflected its citizens, but would be at remove from the baser impulses of the mob. The mob, flush with victory, is at hand, but instead of pitchforks and lanterns, they have broadband and YouTube. Like every other presidency, the Obama administration will have its battles with the media, but that may seem like patty-cake if it runs afoul of the self-publishing, self-organizing democracy it helped create — say, by delaying health care legislation or breaking a promise on taxes.
That’s the thing about pipes today: they run both ways.
“It’s clear there has been a dramatic shift,” said Andrew Rasiej, the founder of the Personal Democracy Forum, an annual conference about the intersection of politics and technology. “Any politician who fails to recognize that we are in a post-party era with a new political ecology in which connecting like minds and forming a movement is so much easier will not be around long.
“Yes, we have met Big Brother, the one who is always watching. And Big Brother is us.”

Lire la suite...

White House 2.0






MyBo alias My.BarackObama.com est THE centre névralgique de la campagne de Barack Hussein Obama.

Alors que les républicains et autres démocrates comme Hillary Clinton en étaient restés aux modèles de campagnes purement télévisuels à la sauce Foxnews et autres TF1 (not' président ne doit plus savoir à quel saint se vouer, si ce n'est en se planquant derrière une quelconque Johnny'Adopi loi de restriction numérique) , Obama misait sur internet en intégrant dans son équipe Chris Hugues, l'un des fondateurs de facebook. Il n'y a qu'a lire cette analyse comparative , purement technique, des sites d'Obama et McCain pour voir le fossé technologique qui sépare ces deux générations de politiciens en terme de réseaux sociaux.

Tandis que les vieux cons de la politique ( not'président inclus, avec son style "je-viens-de-sauver-la-planète-financière-à-vos-frais-en-organisant-l'agenda-des-Gtrucs-rien-que-pour-faire-chier-localement-mes socialos ") usaient et abusaient des vieilles ficelles Tv à la sauce PPDA&O'Reilly , Obama manipulait admirablement, et la Tv et ses vieux cons, et Internet et ses réseaux sociaux.
Usant admirablement des vieux médias et d'internet, Obama a appliqué la politique des cercles concentriques, parvenant jusqu'à se faire admettre comme le candidat idéal, non seulement localement, mais carrément au niveau mondial ( à part Medvedev, de toute façon même si le futur potus avait été un pur wasp c'eût été du pareil au même pour lui, et je le comprends, vu le bordel dans le caucase) : THE METIS. A tel point, par exemple, que la communauté juive états-unienne a voté à 77% pour lui, conformément à leur vote traditionnel.

Alors qu'en 2000 et 2004 Bush remportait les élections grâce au financement du quart du 1% des plus riches de son pays et de ses médias traditionnels, ce métis sorti de nulle part avec ses prénoms "bizarres" et la puissance d'internet devient l'homme le plus puissant de la planète.

Même si cet abruti de Bush a rappelé at home The 3rd Infantry Division’s 1st Brigade Combat Team d'Irak, on ne sait pour quelle raison ... hum..., il y quelque raison d'espérer en l'avenir.

Pour 2012, les républicains ont paraît-il une bête de course d'origine hispanique compatible 2.0 ...

Lire la suite...

election us : la barrière raciale est tombée






Lire la suite...

"Après La Démocratie" d'E. Todd




L'excellent Emmanuel Todd revient bientôt avec un nouveau bouquin. "Après la démocratie".
A l'occasion de la sortie de son livre, E. Levy l'a interviewé pour le magazine Le Point.

En tant que descendant d'immigrés algériens, la lecture de son livre "le destin des immigrés" m'a été d'une aide inestimable pour "trouver ma place".

Emmanuel Todd : La révolution protectionniste
Après avoir annoncé, en 1976, la « chute finale » de l'URSS et le « déclin de l'empire américain » en 2001, Emmanuel Todd analyse la crise française avec un livre polémique et savant. Pour cet historien des structures familiales, la démocratie est menacée par le choix des élites en faveur du libre-échange. Entrerons-nous dans l'âge d'« Après la démocratie » (Gallimard) ?




Le Point : Vous avez annoncé la fin de l'URSS, le déclin de l'empire américain, et maintenant vous proclamez la fin de la démocratie ? Vous lisez l'avenir dans les courbes de natalité ?

Emmanuel Todd : Vous exagérez ! Je peux être brutal dans mes appréciations personnelles mais ce livre est beaucoup plus spéculatif que mes précédents. Oui, la fin de la démocratie est une issue possible mais il y en a d'autres et je ne me prononce pas sur celle qui l'emportera.

Incohérent, intellectuellement médiocre, agressif, affectivement instable et animé par l'amour de l'argent : il n'est guère de défaut que vous ne prêtiez au président de la République. Ne verseriez-vous pas dans la recherche de boucs émissaires que vous l'accusez de pratiquer ?

Taper sur Nicolas Sarkozy est une activité saine, morale et satisfaisante, mais il ne faut pas s'arrêter là. Il faut bien comprendre qu'il n'a pas été élu en dépit de ses défauts mais grâce à eux. Et s'il m'intéresse, comme chercheur, c'est parce qu'il est un concentré des tendances mauvaises qui travaillent la société française.

Nicolas Sarkozy n'a pas seulement été élu pour ses défauts : le verbe-talentueux quoi que vous en pensiez-d'Henri Guaino a eu sa part.

Oui, mais ce verbe ne renvoie à rien. Ce qui caractérise Sarkozy, c'est sa capacité à dire tout et son contraire et de vampiriser les héros et les valeurs de la gauche. Cette dilution des concepts de droite et de gauche est typique d'une situation où il n'y a plus de vraie représentation démocratique mais où des gens et des groupes s'affrontent dans une quête machiavélienne de pouvoir pur.

Vous dénoncez la dérive ethniciste incarnée selon vous par certains intellectuels comme Alain Finkielkraut. Et les discours de Dieudonné, de Christiane Taubira ou de Tariq Ramadan, ils n'incarnent rien ?

Concernant Finkielkraut, son concept de « pogrom antirépublicain », à la fois absurde et important, entre en résonance avec certains éléments du sarkozysme. Quant aux discours que vous évoquez, en effet, ils ne retiennent pas mon attention parce que la critique du multiculturalisme, je l'ai faite dans « Le destin des immigrés », il y a quatorze ans. Je m'intéresse à ce qui se passe effectivement, le taux de mariages mixtes, le niveau réel de pratique religieuse. Il est vrai qu'on n'a pas d'enquête bien faite depuis 1992. Mais je sais que le taux de mariages mixtes est une variable à très forte inertie. Et je sais aussi que lorsqu'une bande mêlée, de toutes les couleurs, caillasse la police, c'est que l'assimilation fonctionne, fût-ce sur un mode négatif. Les valeurs égalitaires sont toujours ancrées dans la société.

Donc, « La Marseillaise » sifflée est l'expression d'aspirations égalitaires contrariées, tandis que l'inquiétude que cela suscite traduit le raidissement islamophobe de l'élite ?

La fascination de l'islam, l'obsession de l'islam, la fixation sur l'islam n'ont rien à voir avec la réalité de l'islam ni même avec la crise qu'il traverse en dehors de nos frontières. Elles s'expliquent par le fait que la France, pays de tradition chrétienne, vient de connaître l'ultime disparition du catholicisme. D'où une angoisse liée au vide religieux, que certains intellectuels laïques projettent sur l'islam, comme s'ils avaient besoin de ce repoussoir pour préserver leur sentiment de sécurité athée. J'aimerais que les intellectuels et les politiques français s'intéressent un peu moins à l'islam et au football, un peu plus au libre-échange et aux délocalisations qui détruisent la vie des gamins de banlieue.

Ce ne sont pas des intellectuels laïques qui ont fait le succès électoral du FN. Ni celui de Nicolas Sarkozy, d'ailleurs.

Non, mais dans l'entourage de Sarkozy, on cultive une vision ethnicisée de la vie politique. Cela dit, l'éclatement de l'électorat du Front national indique que la question économique est en train de prendre le dessus sur la thématique identitaire. La « magie du FN », c'était une thématique identitaire anti-immigrés qui soudait une partie du peuple de gauche et une partie du peuple de droite, les ouvriers et les petits commerçants. Or les commerçants ont fichu le camp au premier tour en votant directement Sarkozy et les ouvriers ont voté Royal en dépit de son discours sur « La Marseillaise ».

Ou peut-être grâce à lui.

En tout cas, les différentialistes se trompent de société. Aveuglés par leurs lunettes ethniques, ils ne voient pas que Sarkozy est surtout l'élu des plus de 60 ans. L'anxiété n'est pas le privilège de la seule jeunesse.

Vous opposez des séries statistiques à l'expérience concrète. Prenons votre diagnostic sur l'éducation...

Dans mon modèle éducatif-culturel, l'émergence de la démocratie est associée à l'alphabétisation de masse et l'émergence de tendances oligarchiques à la restratification de la société par autonomisation des diplômés de l'enseignement supérieur. Et non seulement j'observe la stagnation éducative dans laquelle est entrée la France depuis 1995, mais je reconnais que nous ne savons pas s'il s'agit d'une pause ou d'un plancher de très longue durée.

Vous vous imposez pourtant un devoir d'optimisme...

Je crois beaucoup plus aux données qu'aux impressions. Trente ans de fréquentation des courbes me prouvent le caractère massif, universel, de la marche en avant de l'alphabétisation, celle-ci entraînant la révolution démographique, puis, ultimement, le développement économique. En 2030, la planète entière sera alphabétisée. Bref, je vis avec le progrès. C'est ce qui me rend optimiste.

D'où la volée de bois vert que vous passez aux « pessimistes culturels ». Or il y a quelques raisons d'être pessimiste, non ?

Ce qui me frappe, c'est la façon dont un simple arrêt du progrès est interprété comme un déclin. Comparée à l'extraordinaire progression observée depuis la guerre, la stagnation éducative est un choc, pour les profs et pour tout le monde. Mais le pessimisme culturel est une réaction hystérisée à ce choc. Je n'observe nullement l'ignorance universelle et le prétendu illettrisme que Le Point, comme d'autres, dénonce régulièrement. Il est parfaitement vrai que, après les gosses des milieux populaires, ceux des classes moyennes sont touchés par le chômage et les bas salaires, mais le monde abruti que nous décrivent des dépressifs culturels qui idéalisent le passé, je ne le vois pas !

L'appauvrissement du langage, la chute de l'autorité, le délitement de la transmission n'existent pas ?

Votre obsession du déclin culturel vous fait oublier l'emballement des inégalités, le fait nouveau que les diplômés ne profitent plus du changement économique, ainsi que le retour du capital dans la vie politique et l'émergence d'une oligarchie qui ne représente pas 1 % de la société.

Vous faites une critique acerbe du livre de Max Gallo, « Fier d'être français ». Etes-vous devenu insensible à la nation ?

Je n'ai pas attendu Gallo pour être fier d'être français. J'ai relancé l'idée de nation en 1998, dans « L'illusion économique ». Mais si je crois de plus en plus à sa nécessité, j'espère de moins en moins sa résurgence immédiate. La narcissisation des comportements, l'implosion centripète des individus et des groupes vont tellement loin que le mythe national instrumentalisé par le couple Sarkozy/Guaino n'embraye sur aucune réalité. De ce point de vue, le peuple ne vaut pas mieux que l'élite. Et l'Europe ne va pas mieux que la France. Le sens du collectif se dérobe.

En somme, il ne nous reste qu'à assister au naufrage.Heureusement que vous êtes optimiste.

J'essaie d'être rigoureux. Le problème fondamental de la démocratie, c'est que la classe politique refuse de mettre en question le libre-échange, ce qui mène à la baisse des revenus, à la montée des inégalités, bref à une baisse du niveau de vie pour le plus grand nombre. Et désormais à l'insuffisance de la demande, à la crise financière et à la récession. Jusqu'à présent, une démocratie de manipulation a animé, de plus en plus difficilement, un pseudo- débat politique. Maintenant, il va falloir choisir : une ethnicisation de la démocratie française me paraît assez peu probable. La séquence « appauvrissement des jeunes diplômés-luttes de classes immatures-poussée autoritaire et, ultimement, perversion ou suppression du suffrage universel » est déjà plus vraisemblable. Le PC est mort, mais Marx revient. Bonaparte aussi, malheureusement. Toutefois, il existe une chance de sortir par le haut de la course dépressive de la demande et des salaires : cette solution, européenne et non nationale, c'est le protectionnisme. Mais la crise financière rapproche l'heure du choix. Et celle du jugement.

Le protectionnisme est peut-être une solution pertinente, mais on dirait que, pour vous, il est la nouvelle utopie révolutionnaire. L'avenir radieux derrière des frontières ?

C'est tout le contraire. Face à la narcissisation des comportements, l'adoption d'un protectionnisme coopératif, mis en oeuvre au niveau d'un collectif supranational, délivré de tout mythe fondateur ethnique ou étatique, montrerait que nous sommes passés à un état supérieur de la conscience humaine et du développement historique.

« Après la démocratie », d'Emmanuel Todd (Gallimard, 250 pages, 18 E).

Lire la suite...

Le candidat Sarkozy et le crédit hypothécaire

Comme a dit l'excellent Emmanuel Todd : « Le gouvernement français me fait penser à un rat qui monterait sur un navire en train de couler »
En devenant président, not'président n'avait pas encore compris que son modèle néocon ztazounien était à l'agonie.
Idem pour l'Afghanistan, il envoie des troupes quand les autres veulent retirer les leurs.




Les ménages français sont aujourd’hui les moins endettés d'Europe. Or, une économie qui ne s'endette pas suffisamment, c'est une économie qui ne croit pas en l'avenir, qui doute de ses atouts, qui a peur du lendemain. C'est pour cette raison que je souhaite développer le crédit hypothécaire pour les ménages et que l'État intervienne pour garantir l'accès au crédit des personnes malades.

Je propose que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir leur emprunt par la valeur de leur logement.

Il faut réformer le crédit hypothécaire. Si le recours à l’hypothèque était plus facile, les banques se focaliseraient moins sur la capacité personnelle de remboursement de l’emprunteur et plus sur la valeur du bien hypothéqué. Ceci profiterait alors directement à tous ceux dont les revenus fluctuent, comme les intérimaires et de nombreux indépendants.

Lire la suite...

Loi martiale aux USA ?

A défaut d'avoir exporter la démocratie, les Gi's vont-ils importer le maintien de l'ordre façon Saddam ou talibans ?


Article du site Armytimes

Brigade homeland tours start Oct. 1

3rd Infantry’s 1st BCT trains for a new dwell-time mission. Helping ‘people at home’ may become a permanent part of the active Army


By Gina Cavallaro - Staff writer
Posted : Tuesday Sep 30, 2008 16:16:12 EDT

The 3rd Infantry Division’s 1st Brigade Combat Team has spent 35 of the last 60 months in Iraq patrolling in full battle rattle, helping restore essential services and escorting supply convoys.

Now they’re training for the same mission — with a twist — at home.

Beginning Oct. 1 for 12 months, the 1st BCT will be under the day-to-day control of U.S. Army North, the Army service component of Northern Command, as an on-call federal response force for natural or manmade emergencies and disasters, including terrorist attacks.

It is not the first time an active-duty unit has been tapped to help at home. In August 2005, for example, when Hurricane Katrina unleashed hell in Mississippi and Louisiana, several active-duty units were pulled from various posts and mobilized to those areas.

But this new mission marks the first time an active unit has been given a dedicated assignment to NorthCom, a joint command established in 2002 to provide command and control for federal homeland defense efforts and coordinate defense support of civil authorities.

After 1st BCT finishes its dwell-time mission, expectations are that another, as yet unnamed, active-duty brigade will take over and that the mission will be a permanent one.

“Right now, the response force requirement will be an enduring mission. How the [Defense Department] chooses to source that and whether or not they continue to assign them to NorthCom, that could change in the future,” said Army Col. Louis Vogler, chief of NorthCom future operations. “Now, the plan is to assign a force every year.”

The command is at Peterson Air Force Base in Colorado Springs, Colo., but the soldiers with 1st BCT, who returned in April after 15 months in Iraq, will operate out of their home post at Fort Stewart, Ga., where they’ll be able to go to school, spend time with their families and train for their new homeland mission as well as the counterinsurgency mission in the war zones.



La suite ...

Lire la suite...

Une synthèse qui fait froid dans le dos

Mondialisation: Un choix entre la peste et le choléra? de Jean-Marc DESANTI

La leçon n’est plus à faire sur les guerres de rapines nécessaires à la survie de ce que l’on nomme pudiquement l’économie de marché au moment même où le « marché » , malgré son cortège d’aventures militaires calculées, s’écroule dans une crise financière d’ampleur mondiale et quémande aux humbles, aux honnêtes gens, aux « non possédants » de se saigner encore plus pour combler ses déficits abyssaux.

Cependant, ce qu’il faut bien mesurer, c’est la contradiction pas si claire à détecter , entre les apparences d’aujourd’hui et la réalité de demain.

Certains commencent à expliquer ( et comment les en blâmer?) qu’à l’évidence, nous arrivons au « seuil d’incompétence » de la mondialisation; Les petites guerres ne suffisent plus pour huiler les vieux systèmes de production féodaux de Washington, les outils bancaires sont caduques, la vision archaïque de l’économie libérale s’estompe pour laisser la place au réalisme social: le capitalisme nationalise ! Après le national bolchevisme voici venir l’heure du bolcho capitalisme. Les lendemains chantent. Les affairistes de Wall Street déclinent le Dow Jones en lisant le Capital de Karl Marx ! Certes, la souffrance et la faim peuvent pousser les peuples à se mettre à espérer un « autre possible » et il est de l’intérêt de leurs dirigeants de les encourager à se gaver d’espoirs opiacés…Cependant, ce que nous démontrent les événements, c’est le déroulement logique et implacable de la nécessité pour le capitalisme d’un choc frontal de système à système contre les sociétés qui refusent la normalisation nécessaire à toute dictature de l’argent.

Tout totalitarisme exige la capitulation sans condition des insoumis. La solution pour survivre aux tensions sociales et financières, n’est pas et n’a jamais été l’alimentation de petits foyers, mais bien le déclenchement d’une grande guerre mondiale sans laquelle précisément, la mondialisation périclitera.

Parlons clair. Les banksters de New York ont réussi à établir les preuves de liaisons insupportables pour eux: l’axe Moscou-New Delhi-Pékin-Téhéran-Caracas (nouveau missile hypersonique indo-russe BrahMos-2, cap sur le Venezuela pour la Marine de guerre russe, construction de la centrale nucléaire de Bouchehr en Iran par la compagnie russe Atomstroyexport, augmentation du “fonds stratégique”pour le Venezuela créé il y a moins d’un an, doté de 4 milliards de dollars déposés par la Chine.)

C’est le premier cercle de résistance. Il couvre un deuxième cercle immédiatement plus explosif et plus complexe: l’axe Islamabad- Kaboul- Bagdad.

La guerre chaude y distribue son lot quotidien de cadavres déchiquetés. Cela se voit. Mais les humiliations et les frustrations accumulées font, qu’à l’intérieur même des appareils d’état, en apparence collaborateurs dociles de l’Oncle Sam , se sont développés des systèmes secrets, opaques, capillaires, qui contournent les politiques de coopération, infiltrent les armées nationales alliées de l’Empire, sabotent les opérations de pacification : échange de tirs entre militaires pakistanais et Américains le long de la frontière afghano-pakistanaise, multiplication des pôles d’opposition à « l’Occident » au sein du parlement afghan ( progressistes post-communiste, centralistes royalistes, nationalistes pachtounes, islamistes conservateurs), document de La Mecque concernant l‘Irak signé entre les chiites et les sunnites rappelant « la défense de l’unité de l’Irak et de son intégrité territoriale » .

Ne nous y trompons pas, le Pentagone n’ignore rien de ces « trahisons » et de ces alliances, au final, funestes pour leurs objectifs. Ce n’est pas par hasard que les destroyers de l’US Navy venus “ravitailler” la Géorgie mouillent désormais à quelques encablures de la base navale russe de Gudauta.

Ce n’est pas à une multiplication de guerres régionales qu’il faut s’attendre de la part des grands brigands impérialistes, mais bien à une marche à la guerre mondiale à cadence forcée.

La mort héroïque de Malalaï Kakar, la Sophie Scholl afghane, musulmane qui dirigeait le département des crimes contre les femmes de la police de Kandahar

illustre tragiquement les futures limites d’un simple positionnement « humaniste » dans la défense du droit des identités face à la politique d’agression menée par l’impérialisme US ,outil du capitalisme trans-national. Ne nous restera-t-il que le choix entre l’obscurantisme religieux et la machinerie Mac Do Coca à décerveler les peuples? C’est le cadeau empoisonné de la mondialisation . Il est à craindre que cela soit notre sale héritage, notre traité de Versailles pour le XXI ème siècle .

Lire la suite...

La crise ... et l'art

Mieux que des mots ...

INFART III edizione 6-7 settembre 2008 bassano del grappa





Lire la suite...

McCain, son conseiller et la Géorgie



Quand un conseiller en politique étrangère de McCain conseille aussi le président géorgien pour ... 200 000$.
Il faudrait vérifier que ce brave homme ne siège pas aussi au conseil d'administration d'une boite d'armement.
Il faut dire qu'entre McCain et les lobbyists, c'est une histoire d'amour.

Washington Post 13 aout 2008
By Matthew Mosk and Jeffrey H. Birnbaum


Sen. John McCain's top foreign policy adviser prepped his boss for an April 17 phone call with the president of Georgia and then helped the presumptive Republican presidential nominee prepare a strong statement of support for the fledgling republic.

The day of the call, a lobbying firm partly owned by the adviser, Randy Scheunemann, signed a $200,000 contract to continue providing strategic advice to the Georgian government in Washington.
ad_icon

The McCain campaign said Georgia's lobbying contract with Orion Strategies had no bearing on the candidate's decision to speak with President Mikheil Saakashvili and did not influence his statement. "The Embassy of Georgia requested the call," said campaign spokesman Brian Rogers.

But ethics experts have raised concerns about former lobbyists for foreign governments providing advice to presidential candidates about those same countries. "The question is, who is the client? Is the adviser loyal to income from a foreign client, or is he loyal to the candidate he is working for now?" said James Thurber, a lobbying expert at American University. "It's dangerous if you're getting advice from people who are very close to countries on one side or another of a conflict."

At the time of McCain's call, Scheunemann had formally ceased his own lobbying work for Georgia, according to federal disclosure reports. But he was still part of Orion Strategies, which had only two lobbyists, himself and Mike Mitchell.

Scheunemann remained with the firm for another month, until May 15, when the McCain campaign imposed a tough new anti-lobbyist policy and he was required to separate himself from the company.

Rogers said Scheunemann "receives no compensation of any type from Orion Strategies and has not since May 15, 2008." Scheunemann declined to be interviewed for this story.

As a private lobbyist trying to influence lawmakers and Bush administration staffers, Scheunemann at times relied on his access to McCain in his work for foreign clients on Capitol Hill. He and his partner reported 71 phone conversations and meetings with McCain and his top advisers since 2004 on behalf of foreign clients, including Georgia, according to forms they filed with the Justice Department.

The contacts often focused on Georgia's aspirations to join NATO and on legislative proposals, including a measure co-sponsored by McCain that supported Georgia's position on South Ossetia, one of the Georgian regions taken over by Russia this weekend.

Another measure lobbied by Orion and co-sponsored by McCain, the NATO Freedom Consolidation Act of 2006, would have authorized a $10 million grant for Georgia.

For months while McCain's presidential campaign was gearing up, Scheunemann held dual roles, advising the candidate on foreign policy while working as Georgia's lobbyist. Between Jan. 1, 2007, and May 15, 2008, the campaign paid Scheunemann nearly $70,000 to provide foreign policy advice. During the same period, the government of Georgia paid his firm $290,000 in lobbying fees.

Since 2004, Orion has collected $800,000 from the government of Georgia.

Rogers said Orion's representation of Georgia had no bearing on McCain's decision to speak with Saakashvili in April. "The Embassy of Georgia requested the call because of Georgian concerns over recent Russian actions dealing with South Ossetia and Abkhazia," he said.

McCain has said that he has worked closely with Georgia and its top officials since the mid-1990s. On the campaign trail yesterday, McCain referred to Saakashvili as a close friend.

But Rogers acknowledged that "Scheunemann and others on the foreign policy staff are involved in call requests and statements on foreign policy issues."

After the April call, McCain issued a statement that day voicing support for Georgia's position.

"We must not allow Russia to believe it has a free hand to engage in policies that undermine Georgian sovereignty," McCain said in the statement. "Georgia has acted with restraint in its response and should continue to do so."

Melanie Sloan, executive director of Citizens for Responsibility and Ethics in Washington, said it may be impossible to know whether Scheunemann's advice to McCain was truly unvarnished.

"The question is, whose views are you really espousing?" Sloan said. "Are they really your own views, or are they the views that are bought and paid for by the clients of your top aides? McCain probably would be sympathetic to Georgia regardless, but having a guy like Scheunemann as a top aide raises questions."

Hari Sevugan, a spokesman for the Democratic candidate, Sen. Barack Obama, said Scheunemann's business ties to Georgia raise questions about how much he influenced McCain's position on the Georgia conflict.

"It's these sorts of appearances of a conflict of interest that are a natural consequence of having a campaign run by lobbyists, staffed by lobbyists and being ensconced in a lobbyist culture for over a quarter of a century," Sevugan said.

Research editor Alice Crites contributed to this report.

Lire la suite...

Des JO classiques

Lire la suite...

Surveillance et filtrage du net français


Source : La Quadrature du Net

« Je veux tout voir et tout savoir. » - Nicolas Sarkozy, 2006, à propos de la video-surveillance

La Quadrature du Net a pris connaissance du projet de charte "Confiance en ligne" que le ministère de l'intérieur voudrait faire signer aux intermédiaire techniques d'ici au 10 juin. Ce texte confirme les pires craintes des fondateurs du collectif. Sous couvert de protection des utilisateurs, le gouvernement français souhaite mettre en place une surveillance et un filtrage généralisé d'internet. Il essaie d'éviter la voie législative pour imposer aux intermédiaires techniques des obligations disproportionnées, attentatoires aux droits fondamentaux et contraires à la nature réelle de l'environnement numérique.

Filtrage des contenus a priori, réquisition de données hors contrôle de l'autorité judiciaire, extension des obligations de la conservation des données de connexion, supression automatique de contenus, marquage des sites web... ce dispositif de surveillance généralisée et de contrôle de l'information est digne du régime chinois.

Faisant suite aux propositions de Nadine Morano sur le filtrage et au projet de loi absurde de Christine Albanel, ce texte de Michèle Alliot-Marie confirme que les Assises du Numérique d'Éric Besson sont une diversion destinée à masquer l'adoption pendant l'été de projets liberticides en préparation depuis longtemps.

« Le but du pouvoir exécutif français n'est pas de lutter efficacement contre la criminalité avec des mesures adéquates car nécessaires, appropriées et proportionnées. Il s'agit de contrôler par tous les moyens le seul média libre qui ne lui obéit pas. » déclare Christophe Espern, co-fondateur de la Quadrature du Net, ajoutant « Il y a quelque chose d'odieux à utiliser la lutte contre la pédopornographie comme alibi à Big Brother. Les services de police concernés ne demandent pas de telles mesures. Parler de "confiance en ligne" dans ce contexte relève de la Novlangue. »

La Quadrature du Net appelle donc les citoyens à contacter immédiatement leurs députés pour leur demander d'interpeller le gouvernement lors des prochaines questions d'actualité. Elle les invite à se former aux techniques d'anonymisation et de chiffrement et publiera prochainement un guide permettant aux citoyens de se protéger de l'arbitraire numérique. Elle appelle en outre les intermédiaires techniques à refuser catégoriquement toute forme de collaboration avec ces projets indignes d'une démocratie.

Lire la suite...

Crime de lèse majesté


En novembre dernier, dans le cadre d'un exercice d'art plastique et d'expression corporelle sur les sentiments et les expressions du visage, une institutrice de l'école Claude Nougaro d'Albi demande à ses élèves de cm1 de découper et de ramener de chez eux des portraits illustrant différentes expressions.
Un féroce opposant du président, agé de 11ans, ne trouve rien d'autre à faire qu'utiliser un portrait de not' bien aimé président pour illustrer ce travail.
L'élysée ayant eut vent de cet acte de lèse majesté via une lettre de dénonciation, sa sérénissime grandeur a personnellement ordonné une enquête.

Il doit avoir un problème avec les mômes ce mec, déjà qu'il voulait les ficher dès la maternelle.

Extrait:

(...)
Mais vendredi, Claudie Jalby, directrice de l'école, a été informée par Michel Azéma, inspecteur d'académie, qu'une enquête interne était en cours dans son école à la demande de la présidence de la République, via la voie hiérarchique. Motif : une lettre signée (le ministère de l'Éducation nationale n'a pas souhaité faire connaître le nom du signataire), adressée directement à Nicolas Sarkozy, a dénoncé une atteinte à l'image du président sur une affiche accrochée dans l'école.

« La directrice catastrophée nous a réunis d'urgence pour savoir qui avait travaillé sur l'expression et les sentiments. L'inspecteur lui a demandé de faire un rapport circonstancié qui est parti mardi, et lui a dit qu'une enquête interne était mise en place, demandée personnellement par Sarkozy. C'est hallucinant » s'étrangle presque une des enseignantes de l'école, syndiquée CGT.
Conseil d'école extraordinaire ce soir

(...)

Lire la suite...

Une symbolique trompeuse ...

crédits: Tech Sgt. Cohen A. Young


La réalité, c'est plutôt ça :

Lire la suite...

Bilder ... quoi ?

Cette année la conférence de Bildeberg s'est tenue du 5 au 8 juin à Chantilly, près de Washington.
Pourtant lors d'une de ces émissions de manipulation de l'information qu'est "C dans l'air", chacun des participants juraient ses grands dieux n'avoir jamais entendu parler de cette conférence. Bilde..quoi ?




Sans doute véxé de ne pas avoir été invité à la conférence 2008, le propriétaire de l'Express a balancé la liste des participants ;))

Secrets bien gardés à Bilderberg

C'est une des réunions les plus secrètes du monde. Pour sa 56e édition, la conférence de Bilderberg, qui s'est déroulée du 5 au 8 juin dans un hôtel de luxe à Chantilly, dans l'Etat de Virginie (Etats-Unis), a accueilli environ 140 personnalités. Parmi la dizaine de Français invités figuraient notamment Henri de Castries (Axa), Christophe de Margerie (Total), Jean-Pierre Jouyet, secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, François Pérol, secrétaire général adjoint de l'Elysée, ou encore l'essayiste Nicolas Baverez. De quoi ont-ils parlé ? Motus ! « Oui, il était bien là-bas, mais on ne vous a rien dit », confie l'assistante d'un VIP français. Interrogé par L'Express, un autre invité répond par mail : « L'un des principes de ces réunions consiste en l'absence de toute communication externe. Cette règle m'est applicable à l'égal des autres participants et je ne peux ni ne veux y déroger. » Seul Jean-Pierre Jouyet a fait preuve de plus de transparence : sur son agenda professionnel figure, aux dates des 7 et 8 juin : « Déplacement aux Etats-Unis pour la conférence de Bilderberg »...

Manque la reine Christine (ancienne responsable de l'Express, comme quoi ...), alias Mme Kouchner dans la vie.

Lire la suite...

Storytelling : Une machine à fabriquer des histoires

Le monde diplomatique (déc. 20007) , Bruno Salmon.

« A good story. » Voilà, selon les stratèges du Parti démocrate, ce qui aurait manqué à M. John Kerry pour remporter l’élection présidentielle aux Etats-Unis en 2004 (1). M. James Carville, l’un des artisans de la victoire de M. William Clinton en 1992, déclara à ce propos : « Je pense que nous pourrions élire n’importe quel acteur de Hollywood à condition qu’il ait une histoire à raconter ; une histoire qui dise aux gens ce que le pays est et comment il le voit. »

« Un récit, c’est la clé de tout », confirme M. Stanley Greenberg, spécialiste des sondages. Quelques jours plus tard, à l’émission « Meet the press », M. Carville a été plus explicite encore : « Les républicains disent : “Nous allons vous protéger des terroristes de Téhéran et des homosexuels de Hollywood.” Nous, nous disons : “Nous sommes pour l’air pur, de meilleures écoles, plus de soins de santé.” Ils racontent une histoire, nous récitons une litanie. »

Selon Evan Cornog, professeur de journalisme à l’université Columbia, « la clé du leadership américain est, dans une grande mesure, le storytelling ». Une tendance apparue dans les années 1980, sous la présidence de Ronald Reagan, lorsque les stories en vinrent à se substituer aux arguments raisonnés et aux statistiques dans les discours officiels. En janvier 1985, le président des Etats-Unis prononce devant les deux chambres du Congrès son discours sur l’état de l’Union. « Deux siècles d’histoire de l’Amérique devraient nous avoir appris que rien n’est impossible. Il y a dix ans, une jeune fille a quitté le Vietnam avec sa famille. Ils sont venus aux Etats-Unis sans bagages et sans parler un mot d’anglais. La jeune fille a travaillé dur et a terminé ses études secondaires parmi les premières de sa classe. En mai de cette année, cela fera dix ans qu’elle a quitté le Vietnam, et elle sortira diplômée de l’académie militaire américaine de West Point. Je me suis dit que vous aimeriez rencontrer une héroïne américaine nommée Jean Nguyen. » L’héroïne américaine se lève pour être ovationnée par l’ensemble des corps constitués. Reagan enchaîne alors sur une autre histoire, tout aussi édifiante, avant de dévoiler la morale des deux récits : « Vos vies nous rappellent qu’une de nos plus anciennes expressions reste toujours aussi nouvelle : tout est possible en Amérique si nous avons la foi, la volonté et le cœur. L’histoire nous demande à nouveau d’être une force au service du bien sur cette planète (2). » Parfois, les fictions du président se substituèrent à la réalité. L’ancien acteur de Hollywood croyait au « pouvoir des histoires » sur les esprits. Il lui arrivait d’ailleurs d’évoquer un épisode tiré d’un vieux film de guerre comme s’il appartenait à l’histoire réelle des Etats-Unis (3).

Mais c’est sous la présidence de M. Clinton que le storytelling politique est entré à la Maison Blanche, avec sa cohorte de consultants, de scénaristes hollywoodiens et de publicitaires. « Mon oncle Buddy m’a enseigné que chacun d’entre nous a une histoire », affirme M. Clinton, dès les premières pages de ses Mémoires (4). Avant de les terminer par ces mots : « Ai-je écrit un grand livre ? Qui sait ? Je suis certain en tout cas qu’il s’agit d’une bonne histoire. » Avec M. Clinton, le storytelling a cessé d’être simplement une manière spontanée de communiquer. « La politique, théorise-t-il, doit d’abord viser à donner aux gens la possibilité d’améliorer leur histoire. »

Quelques semaines après l’élection de 2004, l’éditorialiste conservateur William Safire s’est moqué des explications données par les spin doctors (conseillers en communication) démocrates en les qualifiant de politerati (littéralement, politiciens littéraires) et de « narratologues » dans un article dont le titre résume bien le propos : « The new story of “story”, and make sure it’s coherent » (5). Si le résultat avait été inversé, faisait-il valoir, il se serait trouvé de nombreux consultants pour se féliciter que la campagne de M. Kerry ait su construire « un récit cohérent ». Le « récit » démocrate postélectoral, raillait Safire, se limitait à constater le manque de « récit cohérent » de M. Kerry.

La suite ...


Lire aussi : Le magicien de la maison blanche

Lire la suite...

Confessions d’un « tueur à gages » économique

John Perkins était un agent de la National Security Agency, travaillant dans une firme de conseil internationale. Dans son livre « confessions d’un tueur à gage économique », il révèle comment les USA assoient leur domination politique en utilisant l’arme économique.


Interview de Perkins par Amy Goodman, Democracy Now, 9 novembre 2004

John Perkin est l’auteur de « confession of an economic hit man » (confessions d’un tueur à gages économique) où il décrit comment, en tant que professionnel très bien payé, il a aidé les Etats-Unis à extorquer des milliards de dollars aux pays pauvres à travers le monde en leur prêtant plus d’argent qu’ils ne pouvaient rembourser pour ensuite prendre le contrôle de leurs économies. Il y a 20 ans, Perkins a commencé à écrire un livre intitulé « la Conscience d’un Tueur à gage Economique »

Perkins écrit, « le livre à l’origine était dédié aux présidents de deux pays, des hommes qui avaient été mes clients et que j’ai respecté et que je tenais en estime - Jaime Roldos, président de l’Equateur, et Omar Torrijos, président du Panama.

Les deux sont morts dans des crashs d’avion. Leurs morts n’était pas accidentelles. Ils ont été assassinés parce qu’ils s’opposaient à l’alliance entre les dirigeants des multinationales, les gouvernement et les banques dont l’objectif est de construire l’Empire Global.

Nous, les tueurs à gages économiques, n’avons pas réussi à retourner Roldos et Torrijos, alors un autre type de tueurs à gages, les chacals de la CIA, qui étaient toujours dans notre sillage, sont entrés en scène. »

John Perkins écrit aussi : « on m’a convaincu de ne pas écrire le livre. Je l’ai commencé quatre fois au cours des vingt dernières années. A chaque fois, ma décision était motivée par des événements mondiaux : l’invasion du Panama par les Etats-Unis en 1980, la première Guerre du Golf persique, la Somalie, et la montée d’Oussama Ben Laden. Cependant, des menaces et des pots de vin m’ont toujours convaincu de m’arrêter. »

Transcription

En gros, nous étions formés et notre travail consistait à construire l’empire américain. De créer des situations où le maximum de ressources étaient drainées vers ce pays, vers nos multinationales, notre gouvernement, et nous avons été très efficaces. Nous avons construit le plus grand empire de l’histoire du monde.

Et nous l’avons fait au cours des 50 ans qui ont suivi la deuxième guerre mondiale, avec peu de moyens militaires en réalité. En de rares occasions, comme en Irak, les militaires interviennent mais uniquement en dernier recours. Cet empire, contrairement à tout autre empire de l’histoire du monde, a été créé d’abord par la manipulation économique, par la fraude, par la corruption de personnes avec notre mode de vie, et à travers les tueurs à gages économiques. J’en faisais partie.

J’ai été recruté lorsque j’étais encore étudiant dans une école de commerce, à la fin des années 60, par l’Agence de Sécurité Nationale [NSA - acronyme anglais, NDT], la plus grande et la moins connue des agences d’espionnage du pays.

A la fin, j’ai travaillé pour des compagnies privées. Le premier tueur à gage économique était Kermit Roosevelt, dans les années 50, le petit-fils de Teddy [président des Etats-Unis - NDT], qui renversa le gouvernement Iranien, un gouvernement démocratiquement élu, le gouvernement de Mossadegh qui avait été désigné « homme de l’année » par le magazine Time.

Il a réussi à le faire sans verser de sang - enfin, il y en a eu un peu, mais sans intervention militaire, juste en dépensant des millions de dollars et en remplaçant Mossadegh par le Chah d’Iran.

A ce stade, nous avons compris que l’idée d’un tueur à gages économique était une très bonne idée. Nous n’avions plus à nous préoccuper d’un risque de conflit armé avec la Russie en opérant ainsi. Le problème était que Roosevelt était un agent de la CIA. Il était donc un employé du gouvernement. S’il avait été découvert, nous aurions eu de gros ennuis. Cela aurait été très embarrassant.

Alors la décision a été prise de faire appel à des organisations comme la CIA et la NSA pour recruter des tueurs à gages économiques comme moi et nous faire travailler pour des sociétés privées, des sociétés de conseil, de construction. Ainsi, si on se faisait prendre, il n’y avait aucun lien avec le gouvernement.

La compagnie pour laquelle je travaillais s’appelait Chas. T. Main à Boston, Massachusetts. Nous avions environ 2000 employés, et je suis devenu leur économiste en chef. J’avais 50 personnes sous mes ordres. Mais mon véritable job était de conclure des affaires. J’accordais des prêts à des pays, des prêts énormes, qu’ils ne pouvaient pas rembourser. Une des clauses du prêt - disons 1 milliard de dollars pour un pays comme l’Indonésie ou l’Equateur - était que le pays devait retourner 90% du prêt à des compagnies états-uniennes, pour reconstruire des infrastructures, des compagnies comme Halliburton ou Bechtel. Ce sont de grosses compagnies.

Ces compagnies ensuite construisaient des réseaux électriques ou des ports ou des autoroutes qui ne servaient qu’aux quelques familles les plus riches de ces pays. Les pauvres de ces pays se retrouvaient en fin de compte avec une dette incroyable qu’ils ne pouvaient absolument pas payer. Un pays aujourd’hui comme l’Equateur consacre 50% de son budget national juste pour rembourser sa dette. Et il ne peut pas le faire.

Ainsi nous les tenons à la gorge. Si nous avons besoin de plus de pétrole, nous allons voir l’Equateur et nous leur disons, « Bon, vous ne pouvez pas nous rembourser, alors donnez à nos compagnies les forêts d’Amazonie qui regorgent de pétrole. » C’est ce que nous faisons aujourd’hui et nous détruisons les forêts amazoniennes, obligeant l’Equateur à nous les donner à cause de cette dette. Ainsi, nous accordons ce gros prêt, et la majeure partie revient aux Etats-Unis.

Le pays se retrouve avec une dette plus d’énormes intérêts et il devient notre serviteur, notre esclave. C’est un empire. Ca marche comme ça. C’est un énorme empire. Qui a eu beaucoup de succès.

Lorsque la NSA m’a recruté, ils m’ont fait passer au détecteur de mensonges pendant une journée entière. Ils ont découvert toutes mes faiblesses et m’ont immédiatement séduit. Ils ont utilisé les drogues les plus puissantes de notre culture, le sexe, le pouvoir et l’argent, pour me soumettre. Je venais d’une très vieille famille de la Nouvelle Angleterre, Calviniste, fortement imprégnée de valeurs morales.

Vous savez, je crois que je suis plutôt quelqu’un de bien, et je crois que mon histoire montre réellement comment ce système et ses puissantes drogues comme le sexe, l’argent et le pouvoir peuvent exercer une séduction, parce que j’ai été réellement séduit. Et si je n’avais pas mené moi-même cette vie de tueur à gages économique, je crois que j’aurais eu du mal à croire que quelqu’un puisse faire de telles choses.

Et c’est la raison pour laquelle j’ai écrit ce livre, parce que notre pays a vraiment besoin de comprendre. Si les gens de ce pays comprenaient la nature réelle de notre politique étrangère, la nature réelle de notre aide à l’étranger, comment fonctionnent les multinationales, où passe l’argent de nos impôts, je sais qu’ils demanderaient que cela change.

Omar Torrijos, le président du Panama, avait signé un accord sur le Canal du Panama avec Carter. Vous savez que cet accord n’a été approuvé par le Congrès que par une majorité d’une seule voix. C’était un sujet très controversé. Puis Torrijos est allé de l’avant et a commencé à négocier avec les Japonais la construction d’un nouveau canal. Les Japonais voulaient financer et construire un nouveau canal au Panama. Torrijos leur en a parlé, ce qui n’a pas plus du tout à Bechtel Corporation, dont le président était George Schultz, et son conseiller principal était Casper Weinberger.

Lorsque Carter a été viré (et il serait intéressant de raconter comment il a été effectivement viré), lorsqu’il a perdu les élections, et que Reagan est arrivé au pouvoir, Schultz est devenu Secrétaire d’Etat et Weinberger est devenu Secrétaire à la Défense et ils étaient très en colère contre Torrijos. Ils ont essayé de l’amener à renégocier le traité du Canal et de laisser tomber les japonais. Il a platement refusé.

C’était un homme de principes. Il avait ses défauts, mais c’était un homme de principes. C’était un homme étonnant. Puis il est mort dans un crash d’avion, un magnétophone relié à une bombe avait été placé dans l’appareil. J’y étais. J’avais travaillé avec lui. Je savais que nous, les tueurs à gages économiques, avions échoué.

Je savais que les chacals avaient été appelés. Puis son avion a explosé avec un magnétophone piégé. Il ne fait aucun doute pour moi que c’était un travail de la CIA. De nombreux enquêteurs latino-américains sont arrivés à la même conclusion. Bien sûr, nous n’en avons jamais entendu parler chez nous.

Lire la suite...

Ahmadinejad sur un siège ejectable ?




Les iraniens sont divisés au sujet du comportement de leur président. certains pensent qu'il a mis l'Iran dans une situation extrêmement dangereuse, tandis que d'autres estiment qu'il joue très finement la partie.
C'est très certainement pour calmer les premiers qu'il a qualifié de "psychological warfare" les récentes manoeuvres israéliennes au dessus de la méditerranée.

Malgré une rente pétrolière multipliée par quatre, grâce à la hausse du baril, le peuple gronde face à une inflation de 30%.
Le régime islamique commence aussi a se lasser de ce président grande gueule. En effet le parlement s'est emparé du dossier nucléaire et certains de ces proches ont été arrêtés pour corruption.
Après avoir été utile au régime islamique pour écarter le réformiste Khatami, le guide suprême commence à le trouver un peu néfaste et aspire à une normalisation des relations avec l'extérieur. Ce sont d'ailleurs des proches du guide, Ali Larijani et M. Qalibaf qui sont chargés de lui barrer la route lors des élections de 2009.

O guide suprême, pourquoi veux tu enlever à Bush et Olmert leur jouet préféré ?

Lire la suite...

McCain-Diebold Vs Obama version Onion ;-)


Diebold Accidentally Leaks Results Of 2008 Election Early

Lire la suite...

La Rupture Tranquilou

Lire la suite...

Michael T. Klare : Géostratégie de l’énergie (II/II)


L’approvisionnement en pétrole et matières premières en voie de raréfaction est devenu l’enjeu géostratégique majeur déterminant la politique des grandes puissances. Dans ce deuxième volet, Michael Klare analyse la concurrence qui oppose la Chine, la Russie et les USA en Afrique et en Asie Centrale. Dénonçant le choix d’une compétition militaire aussi coûteuse que dangereuse, il appelle à la mise en oeuvre d’une politique de coopération internationale ambitieuse en faveur des énergies nouvelles, seule solution raisonnable à moyen terme.

Par Michael T. Klare, The Nation, 1er mai 2008

Alors que les préoccupations au quotidien de l’armée américaine sont centrées sur l’Irak et l’Afghanistan, les stratèges militaires dirigent de plus en plus leurs regards au-delà de ces deux conflits. Ils envisagent désormais l’émergence d’un théâtre d’opération global où l’élément déterminant sera la lutte pour les ressources vitales bien plus que, comme par le passé, l’idéologie ou les politiques visant à l’équilibre des forces entre les puissances. Estimant que les États-Unis devaient repenser leur doctrine militaire et reconfigurer leurs forces afin de pouvoir l’emporter dans un tel environnement, les responsables militaires américains ont pris des mesures en vue d’améliorer tant la planification stratégique que les capacités de combat de la nation. Bien que peu d’éléments aient été portés à la connaissance du public, un certain nombre d’indications significatives de cette inflexion sont pourtant connus.

Depuis 2006, le ministère de la défense, dans son rapport annuel intitulé « Puissance Militaire de la République Populaire de Chine », met désormais sur le même plan la compétition pour les ressources et l’éventualité d’un conflit au sujet de Taiwan en tant que causes potentielles pouvant déclencher une guerre entre les États-Unis et la Chine. La préparation à un affrontement pour Taiwan reste « un facteur important » de la modernisation militaire entreprise par la Chine, note l’édition 2008 de ce rapport, mais « l’analyse des acquisitions militaires et de la réflexion stratégique chinoise suggèrent que Beijing développe également des capacités utilisables dans d’autres circonstances, telles qu’un conflit sur les matières premières. » Ce rapport suggère que les Chinois envisagent de renforcer leur capacité de « projection de puissance » dans des régions qui leur fournissent les ressources dont l’importance est critique, en particulier les combustibles fossiles, et que ces efforts constituent une grave menace pour l’Amérique en matière de sécurité.

Le Pentagone a également demandé des fonds cette année pour la mise en place du Commandement Afrique (AFRICOM). Il s’agit là de la première structure de commandement déployée outre-mer depuis 1983, à l’époque où le président Reagan avait créé le Commandement Central (CENTCOM) afin de s’assurer du pétrole du Golfe Persique. Ce nouveau QG est censé concentrer ses efforts sur l’aide humanitaire et la « guerre contre le terrorisme ». Mais lors d’une intervention effectuée à la National Defense University en février dernier, Le Vice Amiral Robert Moeller, commandant adjoint de l’Africom, déclarait que « l’Afrique a de plus en plus d’importance géostratégique » pour les Etats-Unis. Le pétrole est un facteur clé dans cette équation et parmi les défis majeurs posés aux intérêts stratégiques des USA dans la région se trouve l’ « influence croissante en Afrique » de la Chine.


La suite ...

Lire la suite...

Michael T. Klare : Géostratégie de l’énergie (I/II)


L’approvisionnement en pétrole et matières premières en voie de raréfaction est devenu l’enjeu géostratégique majeur déterminant la politique des grandes puissances. C’est dans cette optique que le Pentagone reconfigure ses forces et repense sa doctrine stratégique. De l’Asie Centrale à l’Afrique en passant par les Balkans et le Moyen Orient, les USA veulent contrôler les zones de production et les voies d’acheminement des ressources vitales. Dans ce grand jeu, la Navy se voit attribuer un rôle clé, celui de s’assurer de la maîtrise des routes maritimes face au rival chinois. Des dizaines de milliards de dollars lui sont attribués pour financer cette montée en puissance.


Par Michael T. Klare, The Nation, 1er mai 2008

Alors que les préoccupations au quotidien de l’armée américaine sont centrées sur l’Irak et l’Afghanistan, les stratèges militaires dirigent de plus en plus leurs regards au-delà de ces deux conflits. Ils envisagent désormais l’émergence d’un théâtre d’opération global où l’élément déterminant sera la lutte pour les ressources vitales bien plus que, comme par le passé, l’idéologie ou les politiques visant à l’équilibre des forces entre les puissances. Estimant que les États-Unis devaient repenser leur doctrine militaire et reconfigurer leurs forces afin de pouvoir l’emporter dans un tel environnement, les responsables militaires américains ont pris des mesures en vue d’améliorer tant la planification stratégique que les capacités de combat de la nation. Bien que peu d’éléments aient été portés à la connaissance du public, un certain nombre d’indications significatives de cette inflexion sont pourtant connus.

Depuis 2006, le ministère de la défense, dans son rapport annuel intitulé « Puissance Militaire de la République Populaire de Chine », met désormais sur le même plan la compétition pour les ressources et l’éventualité d’un conflit au sujet de Taiwan en tant que causes potentielles pouvant déclencher une guerre entre les États-Unis et la Chine. La préparation à un affrontement pour Taiwan reste « un facteur important » de la modernisation militaire entreprise par la Chine, note l’édition 2008 de ce rapport, mais « l’analyse des acquisitions militaires et de la réflexion stratégique chinoise suggèrent que Beijing développe également des capacités utilisables dans d’autres circonstances, telles qu’un conflit sur les matières premières. » Ce rapport suggère que les Chinois envisagent de renforcer leur capacité de « projection de puissance » dans des régions qui leur fournissent les ressources dont l’importance est critique, en particulier les combustibles fossiles, et que ces efforts constituent une grave menace pour l’Amérique en matière de sécurité.

Le Pentagone a également demandé des fonds cette année pour la mise en place du Commandement Afrique (AFRICOM). Il s’agit là de la première structure de commandement déployée outre-mer depuis 1983, à l’époque où le président Reagan avait créé le Commandement Central (CENTCOM) afin de s’assurer du pétrole du Golfe Persique. Ce nouveau QG est censé concentrer ses efforts sur l’aide humanitaire et la « guerre contre le terrorisme ». Mais lors d’une intervention effectuée à la National Defense University en février dernier, Le Vice Amiral Robert Moeller, commandant adjoint de l’Africom, déclarait que « l’Afrique a de plus en plus d’importance géostratégique » pour les Etats-Unis. Le pétrole est un facteur clé dans cette équation et parmi les défis majeurs posés aux intérêts stratégiques des USA dans la région se trouve l’ « influence croissante en Afrique » de la Chine.


La suite ...

Publication originale "The Nation", The New Geopolitics of Energy , traduction "Contre Info".

Lire la suite...

Opérations secrètes en Iran




Il est évident que les forces spéciales US opèrent sur le territoire iranien depuis l'Irak, ce n'est pas un scoop.
Ce qui est troublant par contre, ce sont les groupes qui épaulent ces forces d'incursion.

Bush & Co nous affirmaient, il y a quelques temps, que les groupes sunnites se définissant comme des soldats de dieu étaient tous des terroristes. Il se trouve qu'un groupe comme le groupe armé sunnite iranien Jundallah (soldats de dieu) jouit des faveurs de l'administration néocon.
Donc nous sommes priés de considérer les groupes de fondus sunnites comme les bons et les chiites comme les méchants.
L'idéal serait une confrontation sunnites/chiites à grande échelle. D'ailleurs les pétro-monarchies sont d'ors et déjà partie prenante dans ce bras de fer. L'Arabie séoudite sera un outil à disposition de l'armée us pour mener ses opérations.
Il ne manque que la consécration d'Alquaïda, du GSPC et de leurs cohortes d'assassins.
Pour certains, ces groupes sont aux ordres du stay behind ou un autre service, je le pense aussi.

Revenons à nos moutons. Dans un article du New Yorker du 7 Juillet, l'excellent Seyour Hersh lance un pavé dans la marre.
Selon lui, Bush a signé un présidential finding qui autorise les opérations secrètes en Iran avec un budget de 400 millions de dollars. Certains bénéficiaires sont justement le groupe Jundallah ainsi que les minorités "Ahwazi Arab" ou les groupes Balluchi et autres groupes de dissidents.

Ce finding est centré sur un objectif, saper les ambitions nucléaires de l'Iran et essayer de fragiliser le pouvoir par une évolution du régime.
Ainsi les forces spéciales US opèrent directement à partir de l'Irak en enlevant des membres d'Al-Qods ,corps des pasdarans, pour interrogatoire et en ciblant des “high-value targets” avec autorisation d'assassinat.

Je ne défends absolument pas le régime corrompu et liberticide des mollahs, mais les pays musulmans ou un homme égale une voix ne courent pas les rues. De plus, les femmes représentent plus de 54% des étudiants dans l'enseignement supérieur. Pourquoi ne pas les laisser faire tomber ce régime de l'intérieur, sans aller les bombarder, les renvoyant à l'âge de pierre ?

Preparing the Battlefield
The Bush Administration steps up its secret moves against Iran.
by Seymour M. Hersh

Last year, Congress agreedto a request from President Bush to fund a major escalation of covert operations against Iran, according to current and former military, intelligence, and congressional sources. These operations, for which the President sought up to four hundred million dollars, were described in a Presidential Finding signed by Bush, and are designed to destabilize the country’s religious leadership. The covert activities involve support of the minority Ahwazi Arab and Baluchi groups and other dissident organizations. They also include gathering intelligence about Iran’s suspected nuclear-weapons program.

Clandestine operations against Iran are not new. United States Special Operations Forces have been conducting cross-border operations from southern Iraq, with Presidential authorization, since last year. These have included seizing members of Al Quds, the commando arm of the Iranian Revolutionary Guard, and taking them to Iraq for interrogation, and the pursuit of “high-value targets” in the President’s war on terror, who may be captured or killed. But the scale and the scope of the operations in Iran, which involve the Central Intelligence Agency and the Joint Special Operations Command (JSOC), have now been significantly expanded, according to the current and former officials. Many of these activities are not specified in the new Finding, and some congressional leaders have had serious questions about their nature.

Under federal law, a Presidential Finding, which is highly classified, must be issued when a covert intelligence operation gets under way and, at a minimum, must be made known to Democratic and Republican leaders in the House and the Senate and to the ranking members of their respective intelligence committees—the so-called Gang of Eight. Money for the operation can then be reprogrammed from previous appropriations, as needed, by the relevant congressional committees, which also can be briefed.

La suite ...

Lire la suite...

Vivre en troupeau en se pensant libres



Le monde diplomatique (janvier 2008), par Dany-Robert Dufour.

LA TELEVISION FORGE-T-ELLE DES INDIVIDUS OU DES MOUTONS ?


L’individualisme n’est pas la maladie de notre époque, c’est l’égoïsme, ce self love, cher à Adam Smith, chanté par toute la pensée libérale. L’époque est à la promotion de l’égoïsme, la production d’ego d’autant plus aveugles ou aveuglés qu’ils ne s’aperçoivent pas combien ils peuvent être enrôlés dans des ensembles massifiés. Et c’est bien d’ego qu’il s’agit, puisque les gens se croient égaux alors qu’en réalité ils sont passés sous le contrôle de ce qu’il faut bien appeler le « troupeau ». Celui des consommateurs, en l’occurrence.

Vivre en troupeau en affectant d’être libre ne témoigne de rien d’autre que d’un rapport à soi catastrophiquement aliéné, dans la mesure où cela suppose d’avoir érigé en règle de vie un rapport mensonger à soi-même. Et, de là, à autrui. Ainsi ment-on effrontément aux autres, ceux qui vivent hors des démocraties libérales, lorsqu’on leur dit qu’on vient – avec quelques gadgets en guise de cadeaux, ou les armes à la main en cas de refus – leur apporter la liberté individuelle alors qu’on vise avant tout à les faire entrer dans le grand troupeau des consommateurs.

Mais quelle est la nécessité de ce mensonge ? La réponse est simple. Il faut que chacun se dirige librement vers les marchandises que le bon système de production capitaliste fabrique pour lui. « Librement » car, forcé, il résisterait. La contrainte permanente à consommer doit être constamment accompagnée d’un discours de liberté, fausse liberté bien sûr, entendue comme permettant de faire « tout ce qu’on veut ».

Notre société est en train d’inventer un nouveau type d’agrégat social mettant en jeu une étrange combinaison d’égoïsme et de grégarité que j’épinglerai du nom d’« égo-grégaire ». Il témoigne du fait que les individus vivent séparés les uns des autres, ce qui flatte leur égoïsme, tout en étant reliés sous un mode virtuel pour être conduits vers des sources d’abondance. Les industries culturelles (1) jouent ici un grand rôle : la télévision, Internet, une bonne partie du cinéma grand public, les réseaux de la téléphonie portable saturés d’offres « personnelles »...

La télévision est avant tout un média domestique, et c’est dans une famille déjà en crise qu’elle est venue s’installer. On a parlé de l’« individualisation », de la « privatisation » et de la « pluralisation » de la famille, issues de la désarticulation inédite des liens de conjugalité et des liens de filiation. Certains auteurs évoquent même une « désinstitutionnalisation » qui serait à rattacher à la chute des relations d’autorité et à la montée de relations d’égalité. De groupe structuré par des pôles et des rôles, la famille devient un simple groupement fonctionnel d’intérêts économico-affectifs : chacun peut vaquer à ses occupations propres, sans qu’il s’ensuive des droits et des devoirs spécifiques pour personne. Par exemple, chacun – père, mère ou enfants – ira grappiller dans le réfrigérateur de quoi se sustenter aux heures où il lui faudra apaiser sa faim avant de retourner dans sa chambre devant la télé ou la vidéo sans en passer par le rituel commun du repas.

Ces aspects sont connus. Ce qui l’est moins, ce sont les modifications introduites par l’usage de la télévision. Celle-ci change en effet les contours de l’espace domestique en affaiblissant encore le rôle déjà réduit de la famille réelle et en créant une sorte de famille virtuelle venue s’adjoindre à la précédente. Certaines études nord-américaines l’appellent depuis longtemps déjà le « troisième parent » (2). On devrait prendre cette expression au pied de la lettre et non pas la considérer comme une simple métaphore, tant ce troisième parent occupe souvent une place plus importante que les deux premiers.

La suite ...

Lire la suite...

Des « classes dangereuses » à discipliner



Le monde diplomatique (mars 2008), par Laurent Bonelli. (merci à LI)

Opérations policières à grand spectacle, inflation de la vidéosurveillance : à la veille des élections municipales françaises, les politiques publiques de lutte contre la délinquance prétendent « restaurer l’autorité ». Depuis 2001, au moins treize textes de loi ont renforcé l’arsenal juridique destiné à combattre l’« insécurité ». Les réformateurs sociaux, quant à eux, avaient compris dès la fin du XIXe siècle qu’un maintien durable de l’ordre impose l’amélioration des conditions d’existence.
Par Laurent Bonelli


Si l’on en juge par le nombre de candidats, de gauche comme de droite, qui ont axé leur campagne sur la mise en place de caméras de vidéosurveillance ou d’une police municipale, il semblerait que la « sécurité des biens et des personnes » occupe une place importante dans les élections municipales des 9 et 16 mars 2008. En la matière, c’est surtout sur le terrain de la « restauration de l’autorité » que les élus municipaux sont mis à contribution, notamment depuis la loi relative à la prévention de la délinquance du 5 mars 2007 (1). Au point que certains d’entre eux s’inquiètent du rôle de maire Fouettard que l’on veut leur faire endosser.

Depuis la fin des années 1990, la « crise de l’autorité » est en effet devenue un lieu commun pour expliquer les problèmes de violence ou de délinquance de la société française. C’est même l’un des thèmes favoris de M. Nicolas Sarkozy, qui déclarait en février 2007 : « A bas l’autorité ! C’était cela le programme de Mai 68. A bas l’autorité ! Le moment était venu de vivre sans contrainte et de jouir sans entrave. A bas l’autorité ! C’était, prétendaient-ils, la condition de la libération de l’homme aliéné par le travail, par la vie en société, par l’économie, par son éducation et même par sa famille. A bas l’autorité ! Cela voulait dire : l’obéissance de l’enfant à ses parents, c’est fini ! Démodé ! La supériorité du maître sur l’élève, c’est fini ! Ringard ! la soumission à la loi, c’est fini ! Dépassé ! le pouvoir de police, c’est fini ! Enfin ! (...) la morale, c’est fini ! (...), la politesse, la courtoisie, le respect pour la personne âgée, pour la femme ! C’est fini (2) ! » Il n’est pas le seul : M. Gérard Larcher, ministre délégué à l’emploi, au travail et à l’insertion professionnelle des jeunes du gouvernement Villepin, analysait les troubles d’octobre-novembre 2005 comme la conséquence d’une absence de repères liée à la polygamie des familles africaines. Et on ne compte plus le nombre d’intellectuels qui évoquent la « crise du modèle parental maghrébin (3) » et appellent la République à réapprendre à punir.

La suite ...

Lire la suite...

Le choix de la défaite



Conférence d'Annie Lacroix-Riz, agrégée d'histoire, professeur d'histoire contemporaine à l'université Paris 7. Présentation de son livre "le choix de la défaite aux édition Armand Colin.
Le parallèle avec notre époque est frappant.

Résumé :

Quelles sont les causes de la Défaite de 1940 ? Le grand historien Marc Bloch écrivait en avril 1944 : Le jour viendra [...] et peut-être bientôt où il sera possible de faire la lumière sur les intrigues menées chez nous de 1933 à 1939 en faveur de l'Axe Rome-Berlin pour lui livrer la domination de l'Europe en détruisant de nos propres mains tout l'édifice de nos alliances et de nos amitiés. Annie Lacroiz-Riz analyse l'histoire des années 1930 pour éclairer les causes de la défaite de 1940. Selon elle, les Français n'ont pas été simplement été vaincus en cinq jours par une Wehrmacht invincible ; le haut patronat les a sacrifiés à son plan de réforme de l'Etat copié sur les voisins fascistes et à son obsession d'accord avec le Reich. Cette affirmation incroyable paraît moins audacieuse à la lecture des archives, françaises et étrangères, relatives à une décennie d'actions des élites : militaires ; politiciens ; journalistes ; hommes d'affaires surtout, qui régnaient sur tous les autres, avec à leur tête la Banque de France et le Comité des Forges. L'autonomie des politiciens ou des journalistes relève ainsi du mythe, celle des militaires aussi. C'est bien la France des grands intérêts économiques et financiers qui dicta le choix de l'Allemagne comme partenaire privilégié dès les années 1920 et sabota l'alliance russe de revers qui avait évité la défaite en 1914. Aujourd'hui, l'accès aux archives éclaire les causes intérieures et extérieures de la Défaite et permet l'instruction du procès de la vaste entreprise de trahison que réclamait Marc Bloch.


A propos de l'auteur :

Annie Lacroiz-Riz, ancienne élève de l'Ecole normale supérieure, agrégée d'histoire, professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris 7, a notamment publié Le Vatican, l'Europe et le Reich et Industriels et banquiers sous l'Occupation (Armand Colin).

.

Lire la suite...

Etat de guerre




Documentaire de b. Pignède et f. Condemi.

C'est une autopsie de la guerre des Balkans qui montre la stratégie de destabilisation pratiquée par les grandes puissances et principalement les états unis pour la domination du monde. Les Balkans ayant été une zone de test de cette stratégie qui se prolonge maintenant en Irak et plus généralement au proche et moyen orient.
On comprend mieux les velleités de guerre contre l'Iran. En le transformant en une opposition sunnites/chiites.

Le film commence par le témoignage d'un serbe ayant participé à la guerre qui affirme que cette guerre est avant tout une affaire de bizness, sa région étant sur la route entre l'Europe occidentale et orientale. Il ne comprend pas qu'il ait du combattre des gens avec qui ses ancêtres et lui-même ont toujours vécus en bonne intelligence. Alors que chez nous, on nous parlait d'hostilités ancestrales.

Il y a aussi le général Gallois, qui se souvient de ses discussions avec f.j. Strauss, ministre résident de Bavière qui lui avait affirmé dès 1977 que l'Allemagne casserait le traité de Versailles et donc la yougoslavie. Ce grand voisin qui pouvait lui faire de l'ombre, une l'URSS terrassée.

Surtout, il y a l'excellente annie Lacroix-Riz qui développe sa thèse sur les similitudes entre les années trente de pré-guerre et notre époque. (cf son book "le choix de la défaite", à propos duquel je ferais un post ultérieurement).

.

Lire la suite...

Finalement, qui veut bombarder l'Iran ?



Suite aux manoeuvres israéliennes au dessus de la méditerranée simulant une attaque de l'Iran, l'amiral Muellen (président du Joint Chief of staff) s'est rendu en Israél, très certainement leur signifier le refus du pentagone d'entrer dans la danse.
En effet Muellen, comme le secrétaire à la défense Gates est contre une attaque de l'Iran, craignant le déclenchement d'une troisième guerre mondiale, contrairement à Bush et Cheney. Ce qui semble confirmé par G. Friedman dans son analyse du 23 juin dans la revue Stratfor
Frankly, the Bush administration has been talking about an attack on Iran for years. It is hard for us to see that the situation has changed materially over the past months.
Comme le pentagone a les moyens matériels de bombarder l'Iran, Friedman veut sans doute dire que l'administration Bush n'a plus le soutien des militaires, surtout après le nettoyage en profondeur à la tête de l'armée de l'air que vient d'opérer Gates. On s'aperçoit donc que la structure militaire US est découplée du pouvoir politique.

En Israél, Olmert, aux prises avec la justice pour corruption, ne dirige plus grand chose. Tsahal est-elle livrée à elle-même, ou plus particulièrement aux extrémistes, alliés aux néocons états-uniens ?
Dans ce cas, les deux structures militaires états-uniennes et israélienne sont toutes les deux découplées de leurs pouvoirs politiques respectifs. La première, réaliste refuse l'engagement, tandis que la seconde ( alignée sur Benjamin Netanyahu ) va jusqu'à organiser des manoeuvres contre l'avis du pentagone.

On se retrouve avec un formidable mic-mac, ou deux blocs s'affrontent. D'un coté Bush et Cheney alliés à Tsahal et aux extrémistes israéliens et de l'autre le pentagone.
Toute la question est de savoir qui l'emportera.


La diplomatie iranienne doit boire du petit lait.

Lire la suite...